Connaître, préserver et valoriser les plantes

Ministère des affaires étrangères et européennes

Atelier LISTE ROUGE des plantes d'Afrique Centrale

Pour la première fois depuis plusieurs décennies, les botanistes originaires de l’Afrique Centrale, regroupés au sein du Réseau des botanistes d’Afrique Centrale (REBAC) et des partenaires du Nord travaillant dans la sous-région se sont réunis au Cameroun, pour trouver les voies et moyens de parvenir à un objectif commun, une meilleure connaissance et une meilleure conservation des plantes d’Afrique Centrale.

L’atelier qui s’est tenu à Limbe du 11-16 octobre 2009 avait pour objectif premier d’établir une autorisé sous-régionale devant utiliser les critères et catégories de l’Union internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) pour classifier les plantes d’Afrique Centrale suivant les menaces qu’elles encourent et suivant leurs risques d’extinction.                    LES PARTICIPANTS

Les 24 participants qui ont pris part à cet atelier provenaient de huit pays d’Afrique Centrale et quatre pays du Nord et étaient constitués des points focaux du REBAC, des experts botanistes du Nord et du Sud travaillant dans la sous-région et des personnes ayant déjà une expérience en matière d’évaluation du statut des plantes suivant les critères de l’ UICN.

Pendant l’atelier, les participants ont fait le point sur l’état de la connaissance de la flore d’Afrique Centrale et ont discuté des moyens pour améliorer ces connaissances. Pour ce faire, des groupes de travail ont été créés, pour notamment élaborer les projets de recherche, constituer des bases de données pour la sous-région, renforcer les capacités des botanistes dans la sous-région et enfin, établir les listes rouges des plantes d’Afrique Centrale.

L’atelier a démontré la volonté réelle des partenaires du Nord et du Sud de travailler en étroite collaboration pour la sauvegarde de la biodiversité végétale en Afrique Centrale.

I. Contenu de l’atelier

Cet atelier avait pour objectifs de :

1 – réunir les experts locaux et internationaux qui travaillent sur les plantes d’Afrique Centrale, pour la mise en place d’une autorité devant décider sur le statut de conservation des plantes de la sous-région, notamment à travers l’élaboration des listes rouges suivant les critères de l’IUCN

2 – mettre sur pied une stratégie d’élaboration de cette liste rouge, notamment en identifiant les priorités pour les trois premières années

3 – Identifier les sources possibles de financement et les stratégies à mettre sur pied pour la pérennisation de ce programme. Un aspect formation, mais de moindre envergure était également à l’ordre du jour.

II. Conclusions :

Un groupe de travail comprenant des personnes ressources ayant une expertise avérée sur la flore d’Afrique Centrale et les points focaux liste rouge a été désigné pour élaborer la stratégie de la liste rouge des plantes de la sous-région. Ce groupe aura entre autre pour mission de :

Stimuler l’évaluation IUCN des groupes cibles proposés ; 

Promouvoir la formation aux méthodes du redlisting des botanistes et chercheurs travaillant sur la flore d’Afrique Centrale ; 

Faire le fund raising pour assurer ces activités.

Les taxa et les groupes cibles suivants ont été proposés comme prioritaires à l’évaluation pour les trois prochaines années :

  • Les plantes endémiques de Sao Tomé et Principe ;
  • Les plantes endémiques des affleurements cuprifères du Katanga
  • Les plantes endémiques du Cameroun ;
  • Les espèces de bois d’œuvre et les produits forestiers non ligneux exploités dans la sous-région de l’Afrique Centrale ;
  • Certains taxons des Orchidaceae ;
  • Certains taxons des Rubiaceae ;
  • Les Begoniaceae ;
  • Les plantes saprohytes ;
  • Les Podostemaceae.

Voir le compte-rendu complet de l’Atelier.

Ce site Internet utilise Hydrogen, CMS de la société Wideal : création de sites et applications Web (Orléans)

Administration