Connaître, préserver et valoriser les plantes

Ministère des affaires étrangères et européennes

1er Atelier-Symposium d'appui aux BOTANISTES D'AFRIQUE DE L'OUEST

Campus Université de Lomé (TOGO) -  23 au 26 novembre 2009

THEME : Numérisation et valorisation des Herbiers d'Afrique

  

Les projets SEP ont été retenus à la suite de 2 appels d’offres : «Appui aux Herbiers et Jardins Botaniques», et «Projets de Recherche», couvrant ainsi l’ensemble des problématiques de la biodiversité végétale du Sud et permettant de se faire une idée des enjeux scientifiques et régionaux liés à cette thématique. Ces projets qui ont démarré début 2008 impliquent des institutions de 22 pays du Sud, de 7 pays européens et des États-Unis. Les pays d’Afrique Occidentale engagés dans la Composante 2 "Herbiers et Jardins Botaniques" et Composante 3 "Projets de Recherche" des projets SEP sont le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo. Seul le Mali n’a pas répondu à l’appel.

I. Contexte

Lors de la Conférence internationale «Biodiversité, science et gouvernance» à l’Unesco à Paris en 2005, la France a exprimé son engagement en matière de biodiversité végétale. Cette volonté politique s’est concrétisée par la mise en place du programme de coopération scientifique «Sud Expert Plantes (SEP)» qui a financé dans le cadre du Fonds de Solidarité Prioritaire (FSP) du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes (MAEE), une cinquantaine de projets d’appui et de recherche à plus de trois millions d’euros sur cinq ans. La maîtrise d’ouvrage de ce programme a été confiée à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD).

Les projets SEP ont été retenus à la suite de 2 appels d’offres : «Appui aux Herbiers et Jardins Botaniques», et «Projets de Recherche», couvrant ainsi l’ensemble des problématiques de la biodiversité végétale du Sud et permettant de se faire une idée des enjeux scientifiques et régionaux liés à cette thématique. Ces projets qui ont démarré début 2008 impliquent des institutions de 22 pays du Sud, de 7 pays européens et des États-Unis. Les pays d’Afrique Occidentale engagés dans la Composante 2 "Herbiers et Jardins Botaniques" et Composante 3 "Projets de Recherche" des projets SEP sont le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo. Seul le Mali n’a pas répondu à l’appel.

A la fin de la deuxième année d’exécution des projets, les pays de l’Afrique occidentale francophones porteurs de projet mais aussi d’autres notamment Bénin, Côte d’Ivoire, Guinée, se sont rencontrés lors d’un atelier sous-régional pour l'Afrique de l'Ouest à Lomé, Togo, du 23 au 26 novembre 2009. Cette réunion sous régionale a permis de s’interroger sur l’évolution actuelle des herbiers, l’état d'avancement des numérisations par pays participants et d’échanger des expériences en matière de gestion des herbiers.

II. Objectifs :

Au cours de cette rencontre, les botanistes ouest-africains ont voulu :

1. partager et échanger leurs expériences en matière de la numérisation et de la valorisation des données de leurs herbiers ;

2. réfléchir ensemble sur des actions communes relatives à la numérisation des herbiers à court terme.

Pays participants :

  • Bénin 3
  • Burkina Faso 2
  • Côte d'Ivoire 3
  • Guinée 1
  • Mauritanie 1
  • Niger 2
  • Sénégal 1
  • Togo (étudiant) 40
  • Togo (Enseignant-chercheurs) 14

III. Déroulement

Deux séries de communications ont marqué cet atelier. La première série présentait l’état des lieux des herbiers, leur informatisation et pour ceux bien avancés, la digitalisation des parts d’herbier. La deuxième série a plutôt trait aux résultats des travaux scientifiques réalisés dans les différents laboratoires des participants. Les participants ont été instruits aussi sur le RIHA et le GBIF. Une rencontre avec les ONG travaillant sur la biodiversité a permis d’informer ceux-ci de l’adhésion du Togo au GBIF et de les solliciter comme potentiels fournisseurs de données. Les participants ont enfin réfléchi sur l’avenir et l’évolution de SEP.

Le dernier jour a été consacré à la visite du jardin botanique en construction à Tové (Projet 232). Le plan d’aménagement rédigé par la coordination du projet a été validé à cet effet. Tous les acteurs (administration de l’INFA de Tové, chefferies traditionnelles, représentants des villages environnants du jardin, presses locales, administration forestière, étudiants), en tout plus de 50 personnes ont participé à la validation du document.

IV. Résultats

Au total :

  • 9 communications sur les herbiers
  • 15 communications scientifiques
  • Validation du plan d’aménagement du jardin botanique de Tové.
  • Mise en place d’un comité scientifique de lecture des articles proposés.

V. Perspectives

  1. Sélectionner des articles à faire paraître dans les Annales de l’Université de Lomé série Sciences.
  2. Construire  un point nodal sous-régional du RIHA
  3. Ouvrir et animer un forum entre herbiers.

Ce site Internet utilise Hydrogen, CMS de la société Wideal : création de sites et applications Web (Orléans)

Administration