Connaître, préserver et valoriser les plantes

Ministère des affaires étrangères et européennes

Variation de la diversité végétale en fonction de l’altitude dans le chaînon montagneux de Ngovayang (Sud-Cameroun)

 

Dossier Sud Expert Plantes numéro 374

 

Le Cameroun est caractérisé par une diversité d’écosystèmes, de climat et de paysages, et, fait partie du deuxième centre de diversité biologique du monde (Bassin du Congo). Les écosystèmes de montagne se trouvent en majorité sur la « Ligne Volcanique du Cameroun » (LVC) et font partie des 25 « biodiversity hotspots » définis comme zones prioritaires de conservation du monde. A côté de ces massifs volcaniques, il existe toute une chaîne de petits sommets suivant la côte atlantique, depuis le Cameroun jusqu’en République Démocratique du Congo, et même en Angola. Jusqu’à une époque récente, cet ensemble de petits sommets montagneux avait fait l’objet de beaucoup moins d’attention de la part des chercheurs que celui de la LVC, sauf dans le cas de la chaîne du Mayombe, dans les deux Congo. Les premiers travaux d’inventaire dans ces petits sommets montagneux (Monte Alén en Guinée Equatoriale, les Monts Doudou, les Monts de Cristal au Gabon ; la région de Campo-Ma’an au Cameroun) datent de moins de 10 ans. Il apparaît maintenant que ces petites montagnes renferment une biodiversité et une endémicité importantes. Mais nos connaissances sur cette série de petites montagnes restent encore fragmentaires, en particulier dans la chaîne de Ngovayang (1090 m), près de Lolordof, dans le Sud Cameroun.

Ce chaînon montagneux fait aussi partie du large refuge forestier identifié dans le Sud-Ouest Cameroun. Cependant, les populations riveraines à travers l’agriculture itinérante sur brûlis exercent de fortes pressions sur les flancs des collines et montagnes. Par conséquent, de nombreuses espèces risqueraient de disparaître si aucune étude n’est faite pour révéler leur existence, et de proposer des stratégies de conservation adéquates. Afin d’obtenir une vue d’ensemble sur les données biogéographiques de toute cette série de petits sommets qui bordent la côte atlantique, et d’apporter une contribution à l’identification des potentielles zones prioritaires (« hotspots ») pour la conservation de la biodiversité à l’échelle nationale voire sous-régionale, la présente étude, se propose d’étudier la variation de la diversité floristique et structurale de la végétation en fonction de l’altitude.

Les objectifs spécifiques sont: 1- évaluer la diversité floristique du massif montagneux de Ngovayang ; et identifier les espèces végétales endémiques, nouvelles, rares ou en danger de disparition ; 2- identifier, décrire et cartographier les différents types de végétation, ainsi que des potentiels « hotspots » ; 3- étudier l’influence de l’altitude, de la pente, et de l’exposition au vent sur la diversité floristique ; 4- préciser le statut de conservation du massif forestier de Ngovayang au regard des autres massifs montagneux qui bordent la côte atlantique ; 5 - enrichir les collections des spécimens botaniques de l’Herbier National du Cameroun (YA) et autres herbiers de référence (P, K, WAG, BR).

Pour atteindre ces objectifs, des inventaires floristiques de tous les individus à dbh ≥10 cm seront réalisés dans des parcelles permanentes de biodiversité (PBD) selon la méthode de la Smithsonian Institution. Des parcelles permanentes de 1 hectare seront établies après chaque élévation de 200 m d’altitude le long d’un transect, traversant le massif sur les deux versants (Est et Ouest). Les outils de spatialisation seront couplés aux relevés de terrain, afin de produire la carte de la végétation de la zone étudiée. Pour l’évaluation de la diversité structurale, l’indice de diversité de Shannon et l’équitabilité de Pielou (EQ) seront utilisés. Le logiciel BIOMON sur base Windows, mis en oeuvre par Smithsonian Institution (SI/MAB) sera utilisé pour gérer et analyser les données collectées sur les PBD d’1ha. Pour évaluer les changements de la biodiversité avec l’altitude, la DCA (Detrended Correspondence Analysis) sera utilisée comme méthode d’ordination. Les résultats attendus sont : 1- fournir une « check- list » des espèces végétales inventoriées du massif forestier de Ngovayang et donner leur statut de conservation ; 2- caractériser les différents types de végétation en fonction de l’altitude et produire la carte de la végétation du massif de Ngovayang ; 3- produire une carte de distribution des espèces prioritaires et des sites les plus riches ou portant une végétation originale 4- produire une base de données biologiques nécessaire à l’élaboration d’ un aménagement forestier.

 

mai 2007

Gonmadje Christelle Flore

Université de Yaoundé I, Laboratoire de Botanique – Systématique et d’Ecologie, ENS

Voir la restitution faite en avril 2010 - (diaporama)

Production scientifique du projet

Tree diversity and conservation value of Ngovayang's lowland forests, Cameroon (2011) Biodivers Conserv.  Lire le résumé

Analyse phytogéographique des forêts d'Afrique Centrale : le cas du massif de Ngovayang (Cameroun) Communication orale présentée au XIXème congrès de l'AETFAT - Scripta Bot. Belg. 46 -  Madagascar 2010 - page 194   Lire le résumé

Etude de la diversité des Rubiaceae dans le massif de Ngovayang (Sud-Cameroun) Mémoire de master de Yundinguetmun Ruth

Ce site Internet utilise Hydrogen, CMS de la société Wideal : création de sites et applications Web (Orléans)

Administration